Étiquettes

un_autre_amourAlors qu’ils allaient passer un week-end « en amoureux » à Rome, Connie rentre seule à Londres, sans Matt. Elle raconte à leurs trois garçons que leur père est resté quelques jours de plus en Italie. Mais les garçons, ainsi que Mary, la meilleure amie de Connie, devinent que le couple est en danger.

En réalité, Matt a retrouvé Greta, un amour de jeunesse. Connie va se battre, avec ses propres armes, pour faire revenir celui qu’elle aime depuis l’enfance…

J’ai eu un peu de mal à lire ce livre, ma lecture a sans doute été trop « hachée » pour que je l’apprécie suffisamment. Au début, j’ai trouvé les personnages principaux, Matt et Connie, dont nous suivons tour à tour le point de vue, assez énervants : Matt par son indécision, Connie par ses petits mensonges, sa main-mise sur toute sa famille. Et puis il m’a bien fallu me laisser retourner complètement par la maîtrise de l’auteur, sa capacité à mener son intrigue de bout en bout, à doser les mystères et le suspense jusqu’à une révélation très surprenante. Aucun personnage n’est tout à fait ce qu’on pense, aucun n’est tout noir ou tout blanc, et les personnages secondaires (Mary, les enfants du couple) sont traités avec une grande subtilité.

Etonnant comme le triangle amoureux « classique », le mari, la femme, la maîtresse est ici traité par Kate O’Riordan. Etonnant comme finalement, on en revient toujours à l’enfance pour expliquer les blessures du présent. Etonnant comme on ferait tout pour dessiner les contours du futur après des déchirures mortelles…

Le titre du roman original est « Loving him ». La traduction française offre de nombreuses interprétations à ce récit : quitter un amour, en vivre un nouveau après une séparation, faire vivre le même amour d’une autre façon… Je ne suis pas sûre d’avoir tout compris de cette histoire, des liens entre ces personnages, ils me semblaient soulever des abîmes de violence, de complexité que je ne soupçonnais pas. Il y a un côté diabolique à la manière dont Connie se bat pour faire revenir celui qu’elle aime… Au final, je suis sortie de ma lecture avec de la compassion, un mot qui revient souvent sous la plume de Kate O’Riordan. Une auteur dont j’aimerais découvrir d’autres livres, même si cette première lecture ressemble plus à un énorme questionnement qu’à un coup de coeur.

Kate O’Riordan, Un autre amour, Editions Joëlle Losfeld, 2010

Parmi tant d’autres, l’avis d’Antigone, de Kathel, de Cathulu

Un titre de la Rentrée littéraire 2010

C’est ma première lecture pour le challenge de Littérature irlandaise de Valou et une lecture de plus pour le challenge Voisins voisines 2011 de Kathel