Mots-clefs

,

couverture

Quatrième de couverture :

Thomas Pitt, agent des services très secrets de la reine Victoria, la Special Branch, et son supérieur, le glacial Narraway, sont convoqués de toute urgence au palais de Buckingham. L’impensable vient de se produire : un crime barbare a été commis sur la personne d’une prostituée, retrouvée au petit matin dans un placard. La jeune femme était « invitée » à une fête très privée donnée par le prince de Galles… Le coupable doit être désigné et l’affaire étouffée au plus vite, avant que le scandale ne s’ébruite hors du palais, au risque de mettre la Couronne en péril…

En cette année de jubilé de la Reine Elizabeth II, en cette quinzaine de Jeux Olympiques à Londres, lire des livres britanniques s’imposait. Et quelle meilleure idée que de lire un Anne Perry ? Cela faisait tellement longtemps…

Avec ce 25e numéro de la série Charlotte et Thomas Pitt, je n’ai pas été déçue : Anne Perry ose placer un cadavre de prostituée horriblement mutilée dans un placard à linge de Buckingham Palace et elle ose mettre en position délicate (une fois de plus…) le Prince de Galles de l’époque, le fils de la Reine Victoria elle-même !

Evidemment, je vous en dirai très peu sur l’énigme, mais sachez que la romancière joue admirablement bien de sa connaissance de l’époque et qu’elle parvient habilement à placer un meurtre qui aurait pu avoir lieu en cet endroit célébrissime, étant donné la vraie réputation sulfureuse du Prince de Galles (rappelez-vous, on s’est demandé un temps si ce n’était pas lui, Jack l’Eventreur…) Le prétexte à faire venir des prostituées pour amuser ces messieurs au palais, c’est une réunion d’importance qui concerne le projet de construire une ligne de chemin de fer qui relie Le Cap au Caire, autrement dit une ligne qui permettrait à la Couronne britannique de contrôler quasiment tout le continent africain. L’enjeu est de taille, malgré les obstacles naturels, techniques et humains. Tout le monde n’a pas le même point de ue sur ce projet… pharaonique ! On y parle même du roi Léopold II de Belgique avec qui il aurait fallu négocier pour traverser le Congo…

Dans ce numéro de la série, Pitt, introduit et secondé tant bien que mal à l’extérieur par son chef, Victor Narraway, va se retrouver en quelque sorte enfermé à Buckingham, tenu de trouver l’assassin avant le retour de la reine (ouf, elle est en voyage entre Osborne et Balmoral !!). Ici, impossible que Charlotte lui apporte une aide quelconque : c’est Gracie Phipps, leur bonne, qui va être « engagée » au palais pour seconder Pitt. Elle n’a même pas eu le temps de prévenir Samuel Tellman, son fiancé, et elle se montrera vraiment très intelligente dans cette aventure risquée. Pendant ce temps, les sentiments, la personnalité de Narraway se dévoilent quelque peu, laissant présager une suite pour le moins intéressante… du moins, je l’espère !

Chère Madame Perry, je ne me lasse pas de lire vos livres et ce 25e opus ne m’a en rien déçue, au contraire : il m’a encore donné l’occasion de découvrir de nouveaux aspects de la noirceur humaine et d’apprécier l’intégrité, les combats moraux que mène Thomas Pitt, cette fois flanqué de sa fidèle Gracie. A très bientôt, j’espère !

Anne PERRY, Buckingham Palace Gardens, traduit de l’anglais par Luc Baranger, 10/18, 2009

Un livre, six challenges, pas moins : un roman britannique, un polar, bien contemporain malgré son sujet, placé dans l’époque victorienne et une participation au challenge Anne Perry, ainsi qu’un Lieu pour le Petit Bac ! J’espérais même le faire participer au challenge Welcome to London, mais le blog de Meryl, Le Club de lecture semble avoir été supprimé…

     

     

 Challenge Thrillers et Polars

     

Publicités