Étiquettes

, ,

Sur ce chemin

personne ne va

soir d’automne

Bashô

Je pèle une poire

une goutte sucrée

coule le long de la lame

Shiki

Jusqu’au noir

tant est profond

le violet des raisins

Shiki

L’automne s’en va

à qui confier

ta mélancolie

Riôkan

Les éditions Brandes, basées près de Tournai, dont je n’ai trouvé sur le net que ce blog, pas vraiment à jour, dirait-on, se présentent comme une « maison d’édition associative, créée en 1976. La typographie (caractères mobiles) reste, depuis cette date, le fil conducteur de ces éditions », qui s’intéressent aux « poésie, nouvelles, arts plastiques et micro-édition ».

Dans ce recueil, les saisons se déclinent en sept haikus chacune, de Bashô à Ryôkan, en passant par Buson et Soseki, pour ne citer que les plus connus.

Les caractères japonais s’inscrivent d’abord sur la page, tout en finesse, avant les traductions de Fumiko Sugie et Laurent Debut.

Un feuillet « prière d’insérer » en papier calque froissé a été glissé au début de ce petit livre, où les traducteurs nous rappellent ce que sont ces formes poétiques courtes. « Procédant d’un idéal d’ascétisme et de rigueur, il (le haiku) ciselle l’instant et révèle la présence. » J’aime ces images !

Je voulais vous montrer à quoi ressemble ce livre, déniché avec bonheur à la vitrine de la Librairie de voyages, rue de Paris à Lille, mais mes photos ne sont pas de très bonne qualité. Veuillez m’en excuser… Plutôt que regarder les images, lisez de la poésie !

Brèves de saisons, Haiku, traduits du japonais par Fumiko Sagie et Laurent Debut, Editions Brandes, 2011