Étiquettes

,

Comme la neige entre les pas de l’inconnu

la maison respire entre les heures

frappées sur le cadran nocturne

respire, écoute, aspire à l’éternel écho

des voix tues qui montent des jardins

tremble et respire, comme la buée

au carreau froid, la vie qui s’évapore

tandis que le dormeur près du toit

mesure à grands coups d’ailes immobiles

la mer assujettie entre ses tempes.

Guy GOFFETTE, Des fenêtres d’abois, in Eloge pour une cuisine de province, Poésie / Gallimard, 2000

(700e billet publié !)