Étiquettes

, , ,

Présentation de l’éditeur :

Oublier le passage de la petite souris, traumatiser sa fille avec une terrifiante histoire d’arbre qui pousse dans l’estomac, dénicher des conseils peu avisés pour encourager fiston à taper plus fort sur le punching bag… Guy Delisle, un mauvais père ? Non, un auteur de bande dessinée qui sait puiser l’imagination là où elle se trouve, avec un sens aigu de l’observation et une bonne dose d’autodérision.

J’avais apprécié Chroniques de Jérusalem, voilà que Guy Delisle revient cette fois avec un petit album (dans les dimensions et le nombre de pages) complètement différent (et c’est tant mieux après tout, qu’un auteur se renouvelle) : plus de voyage dans des pays plus ou moins lointains, plus ou moins en conflit, non, un voyage dans le « métier de père » si l’on peut dire.

On le sait, dans les albums précédents, le dessinateur suit sa femme dans les pays et les missions humanitaires où elle est engagée, et lui reste à la maison pour s’occuper des enfants et travailler à ses futures BD. C’est la face cachée de son métier de père qu’il nous montre ici et elle est traitée avec un humour un peu vache qui m’a bien fait rire, humour qui commence solennellement avec toutes les majuscules du titre (attention, c’est du sérieux :))

Les questions incessantes, parfois embarrassantes, les réponses pas toujours appropriées, les promesses tenues avec un retard qui frise l’inconscience, les distractions et les oublis, la fatigue, la mauvaise foi dont un jeune père peut faire preuve, tout y passe, tout est passé à la moulinette ! Toujours avec le trait fin, simple et direct, la mise en page très aérée qui caractérisent Guy Delisle.

Bien sûr, tout cela est à prendre au moins au second degré, j’espère que Guy Delisle n’est pas tout le temps comme cela 🙂 Et il montre bien par ses dessins que le métier de père est un boulot à temps plein, qui réclame plein d’énergie, et qu’un vrai papa n’est pas Superman, jamais, et c’est tant mieux… Cela dit, heureusement que ses enfants sont là pour qu’il ne s’encroûte pas… et qu’il puisse continuer à être un grand enfant lui-même…

Allez visiter le blog de l’auteur pour avoir un petit avant-goût de ses nouvelles pages.

L’avis de Jérôme (un vrai père !)

Guy DELISLE, Le guide du mauvais père, Delcourt, janvier 2013

Voilà, j’ai décidé de m’intéresser un peu à la BD en 2013 et j’aimerais participer de temps en temps aux BD du mercredi chez Mango

Logo BD Mango bleu (1)