Mots-clefs

, , ,

En ce jour de fête nationale belge, une fête qui a un goût particulier cette année avec l’abdication d’Albert II et la prestation de serment de Philippe, notre nouveau roi, c’est encore Jacques Brel qui est à l’honneur avec une chanson emblématique de la Belgique (même si le plat pays, c’est surtout la Flandre, mais allez, soyons pas chauvins-wallonisants en ce beau jour !).

Les télévisions et radios belges sont mobilisées pour faire vivre cet événement. Hier soir, 20 juillet, à Bozar (la salle du Concours Reine Elisabeth), était donné le concert classique en prélude à la Fête nationale et dans le quartier des Marolles, le coeur populaire de Bruxelles, des concerts de divers artistes belges, et le bal de la Fête nationale. La famille royale a assisté aux deux événements (ah les réactions populaires sur la place du Jeu de Balle, c’était… savoureux et tellement « brusselaire » !!!), il y avait des surprises : la Framboise frivole à Bozar et un montage d’hommages réalisé par les rois des Marolles, Berre et Swan : touchant et… chouette ! Ca fera sans doute les délices de ceux qui se moquent (plus ou moins) doucement de ce qu’ils croient être l’accent « belge »  (mais il y en a plusieurs, mon bon monsieur, la Belgique est un pays plein de richesses culturelles et gourmandes !!) Et avant les actes et manifestations officielles et très protocolaires de ce dimanche, on a vu une famille royale très détendue, émue, très proche des gens, c’était très sympathique.

A retenir : le gâteau créé pour la prestation de serment de Philippe, par la célèbre maison de la place du Sablon, Wittamer, fournisseur de la Cour, et les pralines spéciales  que les présentateurs de « C’est du belge » ont pris plaisir à faire goûter à leurs invités, si ce n’est pas narguer les téléspectateurs !

Bonne fête nationale et vive le Roi !

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague
Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues
Et de vagues rochers que les marées dépassent
Et qui ont à jamais le cœur à marée basse
Avec infiniment de brumes à venir
Avec le vent de l´est écoutez-le tenir
Le plat pays qui est le mien

Avec des cathédrales pour uniques montagnes
Et de noirs clochers comme mâts de cocagne
Où des diables en pierre décrochent les nuages
Avec le fil des jours pour unique voyage
Et des chemins de pluie pour unique bonsoir
Avec le vent d´ouest écoutez-le vouloir
Le plat pays qui est le mien

Avec un ciel si bas qu´un canal s´est perdu
Avec un ciel si bas qu´il fait l´humilité
Avec un ciel si gris qu´un canal s´est pendu
Avec un ciel si gris qu´il faut lui pardonner
Avec le vent du nord qui vient s´écarteler
Avec le vent du nord écoutez-le craquer
Le plat pays qui est le mien

Avec de l´Italie qui descendrait l´Escaut
Avec Frida la Blonde quand elle devient Margot
Quand les fils de novembre nous reviennent en mai
Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet
Quand le vent est au rire, quand le vent est au blé
Quand le vent est au sud, écoutez-le chanter
Le plat pays qui est le mien.

Publicités