Mots-clefs

, ,

Je me souviens du village près de l’Escaut

D’où l’on voyait les grands bateaux

Passer, ainsi qu’un rêve empanaché de vent

Et merveilleux de voiles,

Le soir, en cortège, sous les étoiles.

Je me souviens de la bonne saison ;

Des parlottes, l’été, au seuil de la maison

Et du jardin plein de lumière,

Avec des fleurs, devant, et des étangs, derrière ;

Je me souviens des plus hauts peupliers,

De la volière et de la vigne en espalier

Et des oiseaux, pareils à des flammes solaires.

Emile VERHAEREN, Les tendresses premières

L’Escaut et le Pont des Trous (Tournai)

Publicités