Mots-clefs

, ,

Le vieux Honfleur avec ses bassins et son port

Où la pomme normande et les sapins du Nord

Mêlaient leur double odeur à la senteur marine,

Et le clocher coiffé de Sainte-Catherine

Dont les cloches sonnaient sur les basses maisons,

Toute la ville avec ses jours et ses saisons

Je la revois au fond de ma lointaine enfance…

Je revois les Fossés, le Cours, la Lieutenance

Et les roides sentiers qui vont au Mont-Joli,

Tous ces nms qu’à mon coeur le souvenir redit,

Et la Côte Vassale et la Côte de Grâce,

Et, de là-haut, la mer, le ciel vaste, l’espace,

Tout ce que vous avez magistralement peint,

O peintre du pays normand, sobre BOUDIN,

Vous que j’ai dû jadis rencontrer, la palette

Au poing, quand vous cherchiez la vérité secrète

De l’heure et du moment dont vous saviez saisir

La nuance furtive, instable et qui va fuir,

Attentif, au milieu de quelque paysage,

Au bord de quelque chemin creux ou sur la plage

Où peut-être mes jeux dérangeaient d’un galet

Votre boîte à couleurs et votre chevalet !

Henri de REGNIER, Vestigia flammae, Médaillons de peintres, 1921

Poème qui clôt le livre , Eugène Boudin les ciels « prodigieuses magies de l’air et de l’eau », par Sylvie PATIN, publié aux éditions des Falaises.

DSCN1680  DSCN1685

Honfleur, août 2013, et quelques toiles de Boudin…

Publicités