Mots-clefs

, ,

Présentation de l’éditeur :

L’histoire de Magasin général se déroule dans un village du Québec rural à partir du début des années 40. Elle gravite autour d’un personnage féminin, Marie, veuve avant l’heure et héritière du principal commerce local (le « Magasin général » qui donne son titre au récit), que l’irruption d’un étranger dans la petite communauté va progressivement réconcilier avec le bonheur ; bonheur d’aimer, bonheur d’être aimé(e), mais pas exactement de la manière que l’on pourrait imaginer…

La présentation de l’éditeur tient évidemment compte de l’existence de plusieurs tomes à ce jour (Syl. chronique le tome 7 ce mercredi !) mais je suis assez contente de la découverte de ce numéro 1. On sent bien qu’il s’agit d’une mise en place, mais il se suffit à lui-même, ce qui est assez bien pour être signalé, on ne reste pas la langue pendante à attendre l’ouverture du magasin ou de la bibli pour connaître la suite.

C’est un début bien original puisqu’il nous est raconté par le mort, le mari de Marie qui lui laisse le magasin du village en héritage. Le mort qui n’est pas porté aux nues par tous ses concitoyens, je suppose qu’on en saura un peu plus sur lui plus tard… Sa veuve reprend courageusement le flambeau en osant « chauffer le char » (c’est délicieux, cette plongée dans le parler québécois !) et on découvre avec elle les personnages emblématiques de Notre-Dame des Lacs – parfois des originaux, eux aussi : le curé, le charpentier, l’idiot du village, l’institutrice, les bûcherons… Un petit monde haut en couleurs, chaleureux, démonstratif… et Marie qui est adorable avec tout le monde.

J’ai eu un peu de mal à trouver un fil de lecture fluide (ce n’est pas une BD si facile que ça à lire pour une néophyte) mais j’ai vraiment aimé les cadrages, la mise en page, et surtout les trognes des personnages, tellement typés, les moindres détails des décors, et surtout, surtout les ambiances (grâce aux crayonnés, au jeu des ombres et des lumières, des contrastes intérieur-extérieur) et les couleurs de ces planches qui voient défiler les saisons et les décors avec tendresse.

Une mention spéciale au chat de Marie, qui accompagne son quotidien et ses émotions avec une discrète sensibilité.

LOISEL & TRIPP, Magasin général, tome 1 – Marie, Casterman, 2006

Une BD du mercredi et une nouvelle participation à Québec en septembre, avec LE logo adapté !

Logo BD Mango bleu (1)

Quebec-en-septembre-2013 logo 3

Publicités