Mots-clefs

, ,

Présentation de l’éditeur :

Romain et Augustin vivent ensemble à Paris. Augustin veut épouser Romain, qui dit oui, puis hésite. À l’heure où certains rejettent avec violence l’idée que deux hommes puissent s’unir, il craint de porter bien plus que son propre mariage. C’est leur histoire, avec les galères universelles des préparatifs ! C’est aussi l’histoire de leurs proches, ceux qui les comprennent comme ceux qui n’acceptent pas.

Alors que les manifs contre le mariage pour tous ont repris du poil de la bête en France, à l’approche de la Saint-Valentin (« à la Saint-Valentin, tout le monde se tient bien, hein ! ») j’ai décidé de vous parler de cette BD dont j’ai entendu parler dans le magazine culturel d’Arte Belgique Cinquante degrés nord.

Le récit est découpé en chapitres, depuis le moment où Augustin demande Romain en mariage jusqu’à leur mariage. Chaque partie est entrecoupée d’intermèdes au cours desquels Dimitri, le cousin de Romain, filme de tous les proches des futurs mariés, leur demandant de dire un mot au couple pour en faire un petit film qui leur sera offert à la soirée de mariage. Ces intermèdes, dessinés par Joseph Falzon, sont en noir et blanc, tandis que les préparatifs du mariage, les hésitations, les doutes, les fuites d’Augustin et Romain sont en couleur, dessinées par Didier Garguilo. Le tout sous la houlette du scénariste Thomas Cadène.

Bon. Les deux points de vue sont complémentaires, la seule idée des préparatifs d’un mariage entre deux homosexuels serait peut-être un peu courte, même si Romain et Augustin sont bien conscients de porter plus qu’un simple mariage d’amour (et les doutes bien compréhensibles, propres à n’importe quel couple, qu’il soit hétéro ou homo). Par la voix de la mère, du père, de la soeur, de la grand-mère de l’un et/ou de l’autre, les intermèdes permettent l’expression de tous les points de vue – et de toutes les âneries – qu’on a pu entendre à propos du mariage pour tous : justifications religieuses, homophobie, inquiétude, volonté ou opposition politique, et quand même aussi respect et sérénité, tout y passe. C’est à la fois intéressant, nécessaire et… très bavard ! Les phylactères envahissent les cases,dans une écriture « manuscrite » qui fait un peu naïf, il me faut avouer que le dessin de Joseph Falzon ne m’a pas plu, et j’en ai eu un peu marre de ces intermèdes à la longue.

Les chapitres en couleur présentent un dessin assez simple aussi, mais plus élaboré quand même, notamment grâce au traitement des couleurs et des décors, parfois construits, pour les extérieurs, à partir de photos retouchées à la plume, cela produit des effets intéressants. Ce sont ces parties de la BD que j’ai préférées. La « technique » du dessin sert bien cette histoire d’amour moderne qui, si elle est intéressante et utile, a peut-être un petit goût de BD « engagée parce qu’il fallait absolument la faire à ce moment-ci » ?

Thomas CADENE, Didier GARGUILO et Joseph FALZON, Romain & Augustin, Un mariage pour tous, Delcourt / Mirages, 2013

Logo BD Mango bleu (1)

Publicités