Mots-clefs

, , ,

Présentation de l’éditeur :

50 ans qu’il vit ici, sur ce caillou, dans son vaisseau de granit. Bateau immobile qui ne l’emmène nulle part et qui ne rejoindra jamais aucun port… Et pourquoi quitter ce lieu alors que le monde au-delà de cette satanée ligne d’horizon fait si peur ? Où s’évader lorsqu’on n’a nulle part où aller ? Comment combattre la solitude et empêcher que ce silence perpétuel ne devienne assourdissant ?… Des années passées sur son rocher, avec l’imagination comme seule compagne… Avec Tout seul, Christophe Chabouté signe un de ses albums les plus surprenants, où se côtoient onirique et quotidien et où s’enchevêtrent subtilement sensibilité, tendresse et humour…

J’ai lu il n’y a pas si longtemps Un peu de bois et d’acier et quelques billets parus récemment m’ont fait chercher ce Tout seul à la bibliothèque. La présentation de l’éditeur en dit suffisamment – et très joliment – sur le scénario de ce roman graphique peu bavard mais où les mots ont une importance rare et poétique. J’ai apprécié particulièrement le lien subtil, que l’on ne découvre que bien tard, entre l’habitant du phare et le marin intrigué par ce solitaire si atypique, lien qui renforce avec une grande humanité la finale très ouverte.

Humanité : dans les deux romans graphiques que je connais de Chabouté, c’est un maître mot, dans la qualité du regard, le sens du détail, l’art de camper un personnage uniquement par le dessin, dans la richesse de l’imaginaire sur un bout de rocher battu par les vents et isolé de tout. Dans ce « Boom » qui rythme les journées du « gardien du phare ».

Et puis, bien sûr, j’ai retrouvé la richesse d’évocation du dessin de l’auteur, la grâce unique de ce noir et blanc qui révèle tant de choses. A la fois fort et précis, il nous laisse cependant rêver. Car le fin mot de cet album est sans doute une histoire de re-naissance, de passage du rêve à la réalité. Un beau voyage.

CHABOUTE, Tout seul, Vents d’Ouest, 2008

Logo BD Mango bleu (1)

 

Publicités