Mots-clefs

,

Baise m’encor, rebaise-moi et baise ;
Donne m’en un de tes plus savoureux,
Donne m’en un de tes plus amoureux :
Je t’en rendrai quatre plus chauds que braise.

Las ! te plains-tu ? Çà, que ce mal j’apaise,
En t’en donnant dix autres doucereux.
Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux,
Jouissons-nous l’un de l’autre à notre aise.

Lors double vie à chacun en suivra.
Chacun en soi et son ami vivra.
Permets m’Amour penser quelque folie :

Toujours suis mal, vivant discrètement,
Et ne me puis donner contentement
Si hors de moi ne fais quelque saillie.

Louise Labé

Entre la visite de l’expo « Sade, attaquer le soleil » au Musée d’Orsay hier et un billet sadien mardi, je vous propose ce poème d’amour fiévreux pour illuminer un peu ce dimanche gris (par chez moi).

Pour en savoir un peu plus sur Louise Labé, c’est par ici.

Publicités