Mots-clefs

, ,

En ce mois de décembre, les vitrines, les façades, les jardins, les rues s’illuminent de décors plus ou moins kitsch qui font briller les yeux des petits et des grands. (A condition qu’on ait l’envie ou le coeur à s’émerveiller, bien sûr.) En attendant Noël je vous invite à un petit voyage en enfance avant de célébrer l’enfant de Noël le 25 décembre (et le 1e janvier aussi, il y aura une petite prolongation).

Le 6 décembre, c’est la Saint-Nicolas et c’est ce jour-là qu’on gâte les enfants en Belgique : la veille, traditionnellement, on prépare une assiette avec une carotte, un navet pour l’âne du grand saint tandis que ce dernier a droit, suivant les adresses, à un verre de péket ou une bonne bière (ahum) et le lendemain, l’assiette est plein de jouets, de mandarines, de nic-nac et de guimauves (des petites crasses horriblement sucrées mais au si bon goût de souvenirs d’enfance). (Et cette année, quelle chance, ça tombe un samedi, saint Nicolas pourra se remettre de sa longue tournée avec le père Fouettard… !)

Alors pour fêter saint Nicolas et les enfants, voici la Symphonie des jouets, attribuée à tort à Leopold Mozart comme on nous l’explique ici (j’avoue que j’ai appris tout ça en préparant ce billet). La voici dans une version sympathique de l’Orchestre Ponticello de Narbonne. Bonne écoute et bon Avent !

 

Publicités