Mots-clefs

,

Présentation de l’éditeur :

Un petit géant aveugle se demande quelle est la couleur du vent, et s’en va poser la question à tous ceux qui croisent son chemin. Cet album comprend des effets tactiles et porte une inscription en braille sur la couverture.

Parfois, je craque (on ne ricane pas… je m’achète des albums jeunesse rien que pour moi… Parmi les illustrateurs actuels, j’aime bien le travail d’Anne Herbauts. Cet album De quelle couleur est le vent ? commence par ce quatrain :

On ne voit pas le vent,

on entend ce qu’il apporte.

On n’entend pas le vent, 

on voit ce qu’il emporte.

Au fil des pages, nous suivons ce petit géant aveugle au cours de son voyage, de sa quête pour savoir de quelle couleur est le vent. Un éléphant, une montagne, la pluie, une fenêtre, un ruisseau et bien d’autres lui apportent leur réponse. Et à ce petit aveugle grand par l’imagination, l’artiste offre son regard, ses pinceaux, ses couleurs, ses matières. Tantôt la page est remplie de couleur, mais toujours en laissant passer un peu de lumière, tantôt c’est le blanc qui domine, laissant toute la place aux mots, à une botte, à un oiseau joyeux.  Parfois une fenêtre, un rond se découpe dans la page, s’ouvrant sur le dessin suivant. Et toujours ces effets de matières, de textures, comme des papiers collés avec du vernis-colle, comme ces gouttes de pluie qui roulent sous les doigts.

Et ce petit garçon se promène à travers les pages, les yeux fermés, offrant ses joues rouges à la douce caresse du vent qui lui chuchote sa mélodie, l’emporte en tourbillonnant doucement.

C’est doux, c’est coloré, c’est poétique, c’est vivant. Comme un livre offert à un enfant.

Anne HERBAUTS, De quelle couleur est le vent ?; Casterman, 2011

L’auteur (belge !) parle de son travail ici.

Petit Bac 2014

Publicités