Mots-clefs

, , ,

La lune
on ne la voit pas dans les fêtes.
Il y a trop de lunes
sur la pelouse !

Tout veut jouer à être lune.
La même fête
C’est une lune blessée
qui est tombée sur la ville.

Des lunes microscopiques
dansent sur les vitres
Et certaines restent
Sur les gros nuages
De la fanfare.

La lune de l’azur
on ne la voit pas dans les fêtes
Elle se voile et soupire :
” J’ai mal aux yeux !”

Federico GARCIA LORCA, Poemas de la Feria – Traduction de Winston Perez

En ce mois de Concours Reine Elisabeth et de violon, j’ai décidé d’associer le poème du dimanche à une musique violonistique. Voici la peu connue (en tout cas, je l’ai découverte) Sonate pour piano et violon de Francis Poulenc. Elle n’est apparemment pas toujours très appréciée, y compris par son propre compositeur, si j’en crois cette page. J’ai aimé cette découverte sous les doigts d’un candidat très sérieux du Concours. La sonate est dédiée à la mémoire de Federico Garcia Lorca et j’en ai trouvé une version interprétée par Yehudi Menuhin et Jacques Février.

Publicités