Etre près, être avec et en somme être là, ce n’est pas compatir, même si la capacité d’indignation est un des principaux leviers pour agir et s’impliquer. Etre là, c’est incarner ce lien puissant qui existe entre des hommes issus de tous horizons qui se mobilisent pour, auprès et avec ceux dont les droits sont menacés ou bafoués. Un lien fondé sur la solidarité et nourri de la conviction que l’égalité en droits de tous et toutes n’est pas une visée idéale mais une réalité.

J’ai découvert Christophe Dabitch avec Le Captivé, dont je vous ai déjà parlé. Quand j’ai vu son nom associé à Amnesty International, j’ai été curieuse de découvrir cette série de reportages dessinés. Le principe : Christophe Dabitch a sillonné le monde à la rencontre de héros du quotidien, de passeurs de mémoire, de défenseurs des droits humains au-delà des océans, sur d’autres continents, mais aussi à nos portes, au bidonville de la Folie à Grigny dans l’Essonne. Ces rencontres, il les a racontées aux dessinateurs (à trois exceptions, aucun d’eux n’est allé sur place) qui les ont mis en images. Chaque reportage est introduit par une présentation du sujet et une mise en contexte. Le résultat est bouleversant, choquant, déstabilisant, mais aussi touchant, émouvant, magnifiquement humain…

Je n’en dirai pas plus, car je ne serais pas à la hauteur de ce travail et de ces histoires, mais je vous invite à découvrir ces reportages qui nous ouvrent les yeux sur des réalités que l’on voudrait trop souvent ignorer ou que l’on ne soupçonne même pas…

Être là, avec Amnesty international, Éditions Futuropolis, coéditeur Amnesty international, 2014

Projet Non-Fiction avec Marilyne

Publicités