Mots-clefs

, , ,

Présentation de l’éditeur :

Un piano sentimental relate la vie du jeune George Gershwin, enfant dissipé de Brooklyn, qui devint un immense musicien. Un destin extraordinaire porté par la voix chaude et facétieuse de Susie Morgenstern, et une occasion unique de découvrir les plus belles comédies musicales de Broadway ! De Rhapsody in Blue à Un américain à Paris, en passant par Porgy and Bess, sans oublier les débuts déjà prometteurs et moins connus de Gerswhin.

Dans la série des « Monsieur… » (dont j’ai déjà présenté Monsieur Ravel rêve sur l’île d’insomnie), voici le petit dernier, et pas n’importe lequel : Mr Gershwin ! N’est-il pas à lui seul le symbole de l’Amérique, de New York, du métissage des races et des cultures, jazz et musique classique, music-hall et comédie musicale ? Vous connaissez sûrement (peut-être sans savoir que c’est de lui) une mélodie de George Gershwin (1899-1937), dansée par Fred Astaire et Ginger Rogers ou chantée par Leontyne Price ou Barbara Hendrickx.

Pour nous conter le destin extraordinaire et trop court du compositeur (il est mort à 38 ans d’une tumeur du cerveau, à l’instar de Maurice Ravel qu’il admirait tant), Didier Jeunesse a fait appel à Susie Morgenstern : l’auteure a écrit et nous lit l’histoire de George, dont les mélodies ont bercé son enfance. Elle a choisi de donner la parole au piano qui accompagne la famille Gershwin depuis que le compositeur a dix ans : ce dernier a bien failli faire le désespoir de sa mère Rose mais son sens inné de la mélodie, son travail acharné vont finir par payer. Avec l’aide de Ira, son frère aîné, qui écrira les paroles de ses chansons, George connaît le succès avec Swanee, en 1922, et c’est avec Rhapsody in blue, en 1924, qu’il va entrer – non sans éviter le feu des critiques – dans le monde des compositeurs classiques. Un Américain à Paris, Of Thee I think, Porgy and Bess, autant de titres qui reflètent le travail acharné de Gershwin et son goût de métisser les cultures musicales des Etats-Unis.

C’est Sébastien Mourrain qui illustre l’album, mettant en scène de manière à la fois précise et humoristique la famille Gershwin et les aventures de la fratrie à travers New York. J’aime particulièrement les pages où les gratte-ciel se détachent sur les nuages et la vivacité qui se détache de l’ensemble.

Quant au CD, il est tout simplement délicieux puisque Susie Morgenstern nous conte son histoire avec son accent américain craquant et que les mélodies chantées, jouées au piano ou à l’orchestre nous plongent dans un univers sonore riche, à la fois populaire et classique. Cinq pièces sont ensuite proposées dans leur intégralité, dont la sublime Rhapsody in blue ou Summertime, avec de grands interprètes emblématiques des USA comme Leonard Bernstein ou Sarah Vaughan.

Une fois de plus, c’est une belle réussite à ajouter à la belle série des Monsieur ! J’ai adoré !

Susie MORGENSTERN et Sébastien MOURRAIN, Mister Gershwin, Les gratte-ciels de la musique, Didier Jeunesse, 2015

L’album sort aujourd’hui, un tout grand merci à Angélique et aux éditions Didier Jeunesse pour l’envoi du livre !

Demain, à nouveau rendez-vous avec Gershwin pour les notes du jeudi.

Mois américain

Publicités