Mots-clefs

, , ,

Présentation de l’éditeur

Après le succès des Plus Belles Berceuses jazz, découvrez 14 standards jazz des années 1950 et 1960 : ballades, chansons d’amour ou chansons « Christmas ». Les voix magnifiques de Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Nina Simone, Eartha Kitt, Louis Armstrong ou encore Ray Charles font de l’écoute de ce disque un moment inoubliable.

Vous en avez assez de ce temps maussade et humide ? (en tout cas, en Belgique c’est comme ça depuis plusieurs jours et ça ne s’arrange pas) Envie d’un peu de douceur après le stress de la rentrée ? Installez-vous confortablement et tournez les pages de ce joli album en écoutant des chansons douces, mélancoliques, tendres ou délicieusement rétro qui reposeront vos sens fatigués par l’automne un peu rude qui s’est installé.

Les voix moelleuses ou un peu rauques de Billie Holiday, Louis Armstrong, Nina Simone, Audrey Hepburn, Ray Charles ou Sarah Vaughan (pour n’en citer que quelques-unes) et leurs choeurs langoureux vont séduire vos oreilles et vous remémorer des classiques du jazz, chansons originales (Gone with the wind -sans rapport avec le film), chansons de films (Moon river) ou de Noël (Let it snow!, Santa Baby), autour du thème de la lune (comme Blue Moon), qui fut une source d’inspiration pour de nombreux artistes de jazz.

C’est grâce à  Valérie Rouzeau que vous pourrez encore plus apprécier ces chansons : la poétesse et traductrice propose sa libre transposition des textes originaux que vous trouverez également reproduits en anglais. Ceux-ci sont accompagnés de la présentation des chants et des artistes interprètes par Françoise Tenier.

Et surtout, en feuilletant l’album-CD, vos yeux seront sans nul doute émerveillés par les illustrations de Ilya Green. Je vous avoue tout net que je suis fan de son trait, de son goût du motif (des pois, des rayures, des triangles, des gouttes et tant d’autres, il y en a de toutes les sortes) et de ses harmonies de couleurs, j’aime la fraîcheur et la douceur qui se dégagent des visages. Ce ne sont pas de pures illustrations des textes mais une invitation au rêve, à l’évasion en musique et en dessins, une belle interprétation moderne de standards classiques.

La dernière des 14 chansons est particulièrement touchante (à mon goût) : Audrey Hepburn chante Moon River (la chanson de Diamants sur canapé), elle ne chante peut-être pas super juste mais c’est tellement émouvant et doux qu’on lui pardonne tout. J’espère que ce voyage au pays du jazz vous offrira la sérénité que j’ai ressentie à cette lecture-écoute. Bonne découverte !

Jazz sous la lune, Berceuses et standards jazz, Une sélection de Misja Fitzgerald, illustrée par Ilya Green, Dider Jeunesse, 2015

Encore une fois, un tout grand merci à Angèle et aux éditions Didier Jeunesse pour l’envoi de ce livre !

Publicités