Étiquettes

, , ,

Présentation de l’éditeur :

Quatre enfants rêvant de devenir magiciens se présentent au maître sorcier Alto Incantador qui devra au final n’en garder qu’un. Commence alors un voyage initiatique qui leur apprendra à surmonter leurs peurs et les obligera à révéler tous leurs talents. Arrivés au bout de leurs épreuves, avant d’annoncer l’enfant élu, le grand sorcier leur racontera ses mésaventures du temps où lui aussi était apprenti sorcier… L’occasion de redécouvrir le célèbre morceau de Paul Dukas.

Vous savez que j’apprécie beaucoup les albums-CD de Didier Jeunesse sur les musiciens et oeuvres classiques. Avec cette histoire de l’Apprenti-Sorcier, j’ai été complètement dépaysée. J’avoue que je ne connaissais la pièce de Paul Dukas que de nom (ou du moins je ne reliais pas certains extraits un peu familiers à leur titre). J’ai donc découvert cette version de Jean-Pierre Kerloc’h. Comme les musiques proposées par David Pastor (qui signe la réalisation artistique), elle balance entre aventure et initiation, entre peur et apaisement. Le sorcier Alto Incantador envoie les quatre enfants vivre trois voyages, trois traversées fantastiques au cours desquelles ils rencontreront, apprivoiseront le mal, l’inconnu et la mort. Au cours de leurs pérégrinations, ils rencontreront une Baba-Yaga vraiment étonnante ! J’ai aimé le terme du voyage qui n’exclut aucun des candidats-sorciers et prouve si besoin en est que chacun a des qualités en lui, que chacun peut grandir, évoluer et mettre ses talents au service des autres.

L’histoire est racontée par Nathalie Dessay et franchement, c’est un régal : on peut regretter qu’elle ait mis sa carrière à l’opéra au placard mais qu’est-ce qu’elle lit bien, quelle bonne comédienne dans ce rôle de lectrice ! Elle sait trouver des voix variées et donner plein de couleurs à ses intonations, accélérer ou ralentir le rythme et se couler sans problème (évidemment !) dans les musiques rassemblées par David Pastor.

Vous entendrez des airs de Paul Dukas bien sûr (l’intégrale de L’Apprenti-Sorcier à la fin du CD) mais aussi le Menuet des fées du Songe d’une nuit d’été de Mendelssohn, la Danse macabre de Saint-Saëns ou d’autres airs de Ravel, Moussorgski, Berlioz et de Falla. Des musiques qui,elles aussi, mêlent le merveilleux et le fantastique à un soupçon d’angoisse, d’emballement et de légèreté revenue.

Rien pour faire vraiment peur dans cette version dynamique, donc, mais tout pour un voyage intrépide au coeur de la magie, loin des sentiers battus !

La Véritable Histoire de l’Apprenti Sorcier, récit de Jean-Pierre Kerloc’h lu par Nathalie Dessay sur des musiques rassemblées par David Pastor, Didier Jeunesse, 2016

Un très grand merci aux éditions Didier Jeunesse, à Angélique en particulier qui est partie sous d’autres cieux éditoriaux mais a assuré le suivi des demandes avec son professionnalisme habituel. Et merci à Amélie qui a pris le relais.

Publicités