Étiquettes

, ,

Présentation de l’éditeur :

Une petite fille évoque son enfance douce et protégée auprès de sa maman, avant ue celle-ci ne soit reprise par la terre… Commence alors pour l’enfant une odyssée à la recherche d’un autre monde, tout autour, plus grand, pour retrouver les mots et renaître à la vie, différemment, grâce à une rencontre et au dessin.

Toute la richesse de l’univers graphique d’Ilya Green, dans une palette de couleurs douces, pour traiter d’un sujet émouvant : la disparition d’un être cher, la séparation, le souvenir. Un très bel écrin pour abriter toute la sensibilité de l’artiste.

J’ai déjà admiré l’illustratrice Ilya Green dans Jazz sous la lune ; dans ce très bel album au format à l’italienne, à la couverture dorée à chaud, elle raconte et elle illustre à la fois. Elle se fait conteuse pour nous confier la tendresse qui a entouré son enfance et nous chuchoter le départ de sa maman, retournée à la terre. Entre noir et blanc, la petite fille oscille, avant d’oser sortir du cocon maternel pour aller à la rencontre du monde « tout autour », accompagnée de son mouton dans son bateau de papier.

Cet album est d’une douceur… très touchante. Il parle de deuil, de résilience grâce à la rencontre et par là l’ouverture à toutes les différences, grâce au dessin aussi. C’est très émouvant d’observer sur le papier comment Ilya Green dessinait quand elle était enfant : son univers en noir et blanc était déjà très graphique. Son évocation de la traversée du deuil sur un bateau de papier est très riche visuellement, les motifs végétaux et marins s’enchevêtrent, rivalisent de couleurs, les symboles sont évidents dans leu délicatesse. J’aime beaucoup les fleurs qui s’épanouissent au coin inférieur des pages, en écho aux illustrations pleine page.

C’est un album précieux, à lire et à offrir aux enfants dès l’âge de cinq ans.

Ilya GREEN, Tout autour, Didier Jeunesse, 2016

Merci à Amélie et aux éditions Didier Jeunesse pour l’envoi de ce livre !

Publicités