Mots-clefs

,

En 2016 j’ai dressé un tableau Excel de mes lectures, ça ne rigole plus pas côté chiffres  😉

J’ai moins lu que les années précédentes, la faute à un manque d’envie dans les deux derniers mois de l’année, la faute aux écrans aussi, sûrement.

J’ai lu 90 livres tous genres confondus, dont 4 albums jeunesse, 8 BD, 2 Contes, 7 Non Fiction, 11 Nouvelles ou recueils de nouvelles, 2 Poésie ou Prose poétique, 9 Polars, 2 Récits, 40 Romans de littérature générale, 1 Roman graphique, 3 Romans jeunesse, 1 Théâtre.

Les nationalités ? 15 pour l’Angleterre, 19 pour la Belgique, 8 pour les Etats-Unis, 41 pour la France, 1 pour la Grèce, 1 pour l’Islande, 1 pour l’Italie, 1 pour le Japon, 1 pour la Norvège, 1 pour la Su§-ède et 1 pour la Syrie.

La parité est respectée puisque 43 sont écrits par des femmes, 44 par des hommes et 3 par des auteurs mixtes.

J’ai sorti 34 livres de ma PAL d’avant 2016 et 11 de ceux achetés dans l’année. 19 livres ont été empruntés à la Bibliothèque, 2 étaient des cadeaux, 1 était un Prêt, 1 une Relecture et 15 étaient des SP.

Si j’en crois Excel, j’aurais lu 18710 pages (mais j’avoue que ce genre de chiffre me laisse assez froide).

Arrêtons d’ailleurs de parler chiffres et voyons les coups de coeur qui ressortent. Je les note simplement dans l’ordre chronologique :

Camille, mon envolée, de Sophie Daull

Titus n’aimait pas Bérénice, de Nathalie Azoulaï

Nos mémoires apprivoisées, de Valérie Cohen

Macaroni !, de Thomas Campi et Vincent Zabus

Ostende, de Christiane Lévêque

Poussière rouge, de Gillian Slovo

Indian Creek, de Pete Fromm

Marcinelle 1956, de Sergio Salma

La femme de l’Allemand, de Marie Sizun

Le cabinet chinois, de Patricia Wentworth

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, de Céleste Ng

En 2017, l’objectif principal est de lire sans contrainte, à part le Mois belge, en avril, et d’essayer de simplifier les billets de lecture, pour ne pas me lasser de bloguer. Plus de simplicité, de temps de pause, notamment pendant les vacances scolaires (à part en avril), on verra si ça suffit à me remotiver pour écrire dans ces pages. Et donc lire sans contraintes, cela devrait m’aider à diversifier encore les genres et les nationalités…

Publicités