Mots-clefs

, , , ,

Je termine cette longue série consacrée au violoncelle avec un interprète mythique, qui a créé ce premier Concerto de Chostakovitch (toutes les oeuvres composées pour lui sont donc jouables, malgré leur degré de difficulté…) : il s’agit bien sûr de Mstislav Rostropovitch. Le voici avec le Philadelphia Orchestra et le chef Eugene Ormandy.

Cette oeuvre composée six ans après la mort de Staline peut nous faire comprendre ce qu’était le régime stalinien, le régime soviétique, avec son premier mouvement habité, diabolique, un mouvement lent désespéré, un troisième mouvement très original puisqu’il s’agit de la cadence (six minutes de violoncelle seul) avant le sprint final, « grotesque », qui reprend la mélodie du début. Les quatre notes de départ de ce concerto constituent une signature musicale reconnaissable entre toutes (certains y lisent les quatre coups frappés par le KGB à votre porte…).

Patrick Leterme (de Musiq3 notamment) a le don d’expliquer les choses avec humour et pédagogie (et la complicité d’un bon dessinateur) : à voir ici.

J’espère que ce voyage au pays du violoncelle vous a plu !

Publicités