Étiquettes

, , , , ,

Présentation de l’éditeur :

Le jour se lève, c’est l’heure du sortilège : la princesse Odette se transforme en un majestueux cygne blanc qui ne reprendra forme humaine qu’à la nuit tombée. Le prince Siegfried, subjugué par la grâce de la jeune femme rencontrée par hasard au bord du lac, l’invite au bal, dans l’espoir de briser le maléfice.
Mais c’est une Odette toute de noir vêtue qui s’y présente, au bras du sorcier Von Rothbart…

Il me faut l’avouer, du Lac des cygnes, je ne connais que quelques tubes musicaux (dont le final du premier acte, utilisé de façon bien trop appuyée à mon goût dans le film Des hommes et des dieux), j’ai bien vaguement entendu parler du film Black Swan, mais je ne connaissais absolument pas les détails précis du conte. C’est chose faite avec ce magnifique livre-CD publié par Didier Jeunesse.

C’est Pierre Coran, le poète, qui écrit sa version du ballet de Tchaïkovski, qui date de 1877. Il retient la fin heureuse du conte, pas de dénouement dramatique ici. Cette histoire si romantique est portée par la belle voix de Nathalie Dessay, actrice sensible, vibrante, enthousiaste, et par les nombreuses valses et pas de deux qui émaillent la musique de scène. L’orchestre fait sonner les cuivres, vibrer les cordes, les solos de violon ou de harpe accompagnent la plainte ou les murmures d’amour d’Odette et du prince Siegfried. Forcément l’union de la voix et de l’orchestre symphonique de la Fédération de Russie dirigé par Dmitry Yablonsky nous fait passer un moment à la fois charmant et puissant où se déploie la musique lyrique de Piotr Tchaïkovski.

Mais ne vous privez pas de suivre aussi l’histoire sur l’album illustré par Olivier Desvaux. Ce jeune artiste, diplômé des Arts Déco de Paris en 2006, a été en résidence à l’Opéra de Paris et cela se ressent dans les peintures réalisées pour Le Lac des cygnes : inspirés par Fragonard ou Watteau, les postures, les visages, les costumes sont dessinés avec beaucoup de délicatesse, mais ils prennent de la puissance grâce au choix plus moderne de couleurs vives, souvent saturées, sur lesquelles se détache le blanc lumineux d’Odette et de ses compagnes. Le coup de pinceau se fait parfois presque abstrait pour rendre compte de l’ambiance fantastique de la nuit ou de la méchanceté du sorcier Von Rothbart. Je feuilletterai à nouveau cet album avec plaisir tant j’ai apprécié le style du jeune peintre. Sur chaque double page, la typographie simple, qui s’imprime en blanc sur le fond coloré, se détache une phrase à la typo souple et déliée comme le cou des cygnes (la même que le titre en couverture) : l’attention est dans les détails.

Vous l’aurez compris, ce livre-CD soigné (mais il ne peut en être autrement avec le savoir-faire de Didier Jeunesse) est une nouvelle occasion de passer un beau moment. Un joli cadeau pour les petites filles et les petits garçons qui aiment la danse classique et pour tous ceux qui veulent découvrir le conte à l’origine du ballet.

Nathalie Dessay raconte Le Lac des cygnes, de Piotr Tchaïkovski – Textes de Pierre CORAN et Peintures d’Olivier DESVAUX, Didier Jeunesse, 2017

Cet album sort aujourd’hui même en librairie. Merci à Amélie Naton et aux éditions Didier Jeunesse pour l’envoi de ce livre, qui prend naturellement une jolie place dans ce mois d’octobre à l’Est.