Étiquettes

,

Aujourd’hui je vous propose des extraits de Candide (1956) : évidemment inspiré du conte philosophique de Voltaire mais se plaçant carrément dans le registre du pastiche.

Pas moins de cinq thèmes coexistent dans l’Ouverture,riche de mélodies et de décalages rythmiques. Elle est dirigée par Lenny himself.

Oh happy we décrit les aspirations de Cunégonde et Candide. Toujours avec Bernstein à la direction, voici June Anderson et Jerry Hadley.

Evidemment l’air le plus connu est Glitter and be gay et je ne résiste pas au plaisir de le diffuser une fois de plus. Cunégonde est maintenant courtisane à Paris. Elle se désole d’avoir perdu sa vertu tout en contemplant sa fabuleuse collection de bijou. Un air qui multiplie les hommages à l’Air des bijoux de Gounod et à la Reine de la nuit de Mozart. J’adore le jeu de scène de la soliste (June Anderson) et du chef du London Symphony Orchestra (Bernstein).

Enfin l’air final Make our garden grow, Cultivons notre jardin :

 

Publicités