Étiquettes

, ,

Quatrième de couverture :

Sébastien Arnoux, espoir de Ligue 1, a été aperçu pour la dernière fois dans les ruelles du Vieux-Lille, un soir de printemps blafard. Le corps du jeune homme sera repêché quelques jours plus tard dans la Deûle. Si la police exclut la piste criminelle, Lisa, la sœur de la victime, ne croit pas à la thèse de l’accident. Elle entraîne dans son enquête Jules, dégaine de voyou, et sa voluptueuse cousine Emma. Leurs doutes se renforcent lorsqu’un autre corps, celui d’un étudiant italien et ami de Seb, est retrouvé entre deux péniches. Auraient-ils fait de mauvaises rencontres dans le milieu interlope de la nuit lilloise ? Leurs découvertes sur la corruption qui gangrène le foot leur auraient-elles valu de solides ennemis ? De clubs branchés en friches industrielles, de berges boueuses en estaminets surchauffés, ils se lancent sur la piste des coupables.

Entre parties fines, prostitution et réseau mafieux, En dépit des étoiles est un suspense puissant et poétique qui touche au cœur de la terre du Nord.

J’ai peu de disponibilité pour la lecture et les billets de lecture en ce moment, je vais donc la faire un peu courte…

A travers ce roman qui date de 2013, Michel Quint s’est inspiré d’un réel fait-divers qui a frappé la ville de Lille entre novembre 2010 et septembre 2011, où les corps de quatre jeunes gens ont été repêchés de la Deûle (un affluent de la Lys). Il semble que des faits semblables ont eu lieu dans d’autres villes de France et l’une de ces morts a touché l’auteur de plus près… Il a donc mis en scène la mort d’une étoile montante du foot, joueur du LOSC, suivie de près de celle d’un jeune Italien. La police conclut chaque fois à une mort par noyade accidentelle mais ce n’est pas l’avis de Jules Gileron, qui mène l’enquête avec Lisa, la soeur de Sébastien et avec Emma, sa cousine. Il y aura des liens (ou pas…) avec les Brigades rouges, la Camorra, les matches de foot truqués et autres parties fines, mais ce qui est vraiment intéressant dans ce roman, c’est la « balade » dans les rues du Vieux-Lille (quand on connaît, c’est d’autant plus amusant), les petits restos, les boîtes de nuit et leur monde interlope (on sent que Michel Quint est solidement informé, tout comme pour les liens avec la Mafia et les magouilles italiennes – la réalité dépasse la fiction). On suit la balade avec Jules, jeune homme attachant, pas toujours sûr de lui, qui travaille dans l’immobilier et nous fait visiter au passage d’anciennes friches industrielles qui témoignent de la grandeur et de la décadence de l’industrie nordiste, à l’image du guide de Jules, le complexe Monsieur Dimanche. Comme toujours, le roman de Michel Quint porte sur son sujet un regard à la fois humain et sans illusion dans une langue qui touche au coeur.

Michel QUINT, En dépit des étoiles, Editions Héloïse d’Ormesson, 2013

P.S. Le titre du roman vient d’un vers de Robert Desnos « Jamais d’autre que toi en dépit des étoiles et des solitudes ».