Étiquettes

, ,

Quatrième de couverture :

Par une journée grise et ordinaire, une brève nouvelle apparaît sur Internet : Jésus-Christ va bientôt faire son entrée à Bruxelles. Les Belges accueillent l’information avec sérieux et sérénité. Leur pays est une destination favorite de la Sainte Famille et la Vierge y est plus d’une fois apparue. Les questions se posent cependant : qui aura le privilège d’accueillir le Christ? À qui donnera-t-il ses premières interviews? En quelle langue? Une fièvre de préparatifs s’empare des habitants de la ville, toutes communautés et religions confondues. Seuls les catholiques paraissent inquiets…
En quatorze «stations» qui sont autant d’humoristiques examens de soi, de la Belgique et finalement du monde contemporain, Dimitri Verhulst nous embarque dans une fable d’une irrésistible drôlerie.

C’est le deuxième roman de Dimitri Verhulst que je lis (il précède Comment ma femme m’a rendu fou dans la bibliographie de l’auteur) et j’ai encore une fois passé un bon moment devant ce concentré de vie à la Belge, certes un peu pessimiste mais à l’ironie efficace.

C’est une sorte de conte moderne en quatorze stations, comme un chemin de croix, lancé par l’annonce de la venue du Christ à Bruxelles le 21 juillet (jour de fête nationale pour ceux qui ne connaîtraient pas). Personne ne vérifie l’information, tout le monde fonce tête baissée dans la bonne nouvelle, non sans nourrir quelques questions et inquiétudes. Le narrateur, qui vit en couple avec Véronique (un des personnages féminins du chemin de croix…), suit les événements avec une certaine naïveté : pendant les semaines qui précèdent l’arrivée du Fils de Dieu en personne, il voit subtilement évoluer son couple, sa relation à sa mère, à ses voisins. C’est l’occasion pour Dimitri Verhulst de parler de la société belge, son ouverture (ou non) aux étrangers, son mille-feuilles politique aux niveaux de pouvoir incompréhensibles même des Belges parfois, sa réputation de « surréalisme à la belge ». On se balade en Flandres, en Ardenne et bien sûr dans Bruxelles, du Sablon au palais royal en passant par la rue des Bouchers, on observe les efforts déployés pour cette Joyeuse Entrée d’un genre inédit en se rappelant au passage des anecdotes plus ou moins célèbres dans le pays. Tout le monde devient gentil, les langues se délient, les inhibitions sautent… jusqu’au dénouement en pleine canicule.

Le regard de Dimitri Verhulst est très ironique, noir parfois au point que je me suis demandé s(il croit encore en l’avenir de la Belgique. Il y a quand même des touches d’optimisme, ouf. En tout cas, a contrario il fait, je crois, voler en éclats ce fameux cliché du surréalisme à la belge : je ne peux vous révéler la fin mais tous les Belges pourraient en prendre de la graine.

« Mais j’ai ressenti de la gaieté […] en voyant notre Manneken déguisé en Jésus, une auréole sur la tête, sortant son petit robinet de son pagne, et pissant, pissant sans interruption, une main de côté, les genoux légèrement pliés pour pouvoir admirer ce qui était caché à la vue par sa petite bedaine. Là, j’étais preneur. Un pisseur. On ne pouvait symboliser mieux le sentiment de délivrance. »

« Ça m’a frappé ces dernières années: lorsque je voyage à l’étranger, il me faut de plus en plus expliquer que chez nous règne aucune guerre civile. Le décalage entre discours politique et vie civile ne peut être plus flagrant. Flamands et Wallons ne sont pas face à face le couteau entre les dents; nos maçons travaillent ensemble sur les mêmes chantiers et ce qu’ils construisent est d’équerre, l’orchestre de la Monnaie se compose de musiciens du Nord comme du Sud et ils jouent néanmoins La Finta Giardiniera dans la même clé, on se marie ensemble sans égards pour la frontière linguistique et, dans ces ménages mixtes, on ne casse pas plus de vaisselle et on ne claque pas plus fort les portes qu’ailleurs, on trouve dans les bras les uns des autres la même chaleur, ou la même froideur. Mais les slogans populistes de nos aboyeurs les plus bruyants font croire le contraire à certains étrangers, et chassent d’importants investisseurs. »

Dimitri VERHULST, L’entrée du Christ à Bruxelles, traduit du néerlandais par Danielle Losman, Denoël, 2013

Rendez-vous flamand 2

Challenge Petit Bac – Littérature belge – Lieu

Challenge Voisins Voisines – Belgique