Étiquettes

, ,

Quatrième de couverture :

Soudain, on avait frappé à une lourde porte métallique derrière le procureur, et il était entré. Menotté. Cela faisait deux ans qu’elle ne l’avait pas vu. A cet instant, un grand frisson lui avait traversé le corps et elle avait tremblé comme une feuille, mais s’était acharnée à ne rien montrer. Pourvu que la juge ne s’adresse pas à elle ! Tout, mais pas ça ! Elle avait esquissé un regard timide en direction de son père. Il avait pleuré et elle avait eu honte. Tandis qu’on s’était affairé autour de lui pour lui ôter les menottes, il avait tenté de croiser le regard de sa fille, mais en vain…

Thierry Werts est un juge belge spécialisé dans la protection de la jeunesse, les homicides et le droit humanitaire. Il a pulié un recueil poétique aux éditions Pippa, il aime les voyages et la quatrième de couverture nous dit qu’il s’est sans doute inspiré des personnes rencontrées au cours de ses voyages pour ce premier roman. Roman ou longue nouvelle, plutôt, 97 pages en gros caractères qui se lisent vite.

Ca commence avec Victoire, la maman d’Aurore, qui vient s’énerver contre l’institutrice de sa fille parce qu’elle ne fait aucun effort pour comprendre l’écriture et les difficultés d’Aurore. Un peu plus tard, on retrouve Aurore placée dans un foyer pour enfants, on comprend que son père est en prison pour avoir tué Victoire. En prison, Akemi, le père (son prénom d’origine japonaise signifie « crépuscule »), apprend qu’il est gravement malade. Encore plus tard, le père et la fille se retrouvent à Bamako dans un projet commun de galerie d’art contemporain.

J’ai apprécié la première partie de ma lecture, de nombreuses questions étaient implicites et traitées de façon sensible par l’auteur : pourquoi le père a-t-il tué sa femme ? Comment fonctionnait le couple ? Quel était le problème entre la mèreet la fille ?

Au bout du compte je suis assez déçue : certes les questions trouvent réponse mais l’auteur use tellement des ellipses, de dialogues ultra-simplifiés que j’ai eu l’impression de survoler les choses, de ne jamais les approfondir. Je crois que Thierry Werts a voulu aborder trop de thèmes dans un format court (au point que le projet de galerie d’art dans un pays en développement m’a presque paru caricatural). C’est dommage mais ce n’est que mon petit avis…

« – C’est étrange d’appeler son fils Crépuscule.
– Pas tant que cela pour une japonaise, c’est un signe d’harmonie ultime, le crépuscule permet d’atteindre l’immortalité par un allongement infini de l’instant.
– Le lien entre le jour et la nuit, entre la nuit et le jour …
– Oui, le crépuscule annonce une nouvelle naissance, c’est une période du jour propice à la réflexion au voyage intérieur, le début de quelque chose ! »

Thierry WERTS, Demain n’existe pas encore, Editions La Trace, 2019

Argali publie elle aussi un billet sur ce livre aujourd’hui.