Étiquettes

, , ,

Melvile, tome 1 : L'histoire de Samuel Beauclair par Renard

Présentation de l’éditeur :

Après un premier roman, Samuel Beauclair s’installe à Melvile dans une maison ayant appartenu à son père, lui-même romancier. En proie à une dépression créative et amoureuse, il ne parvient plus à écrire. Il espère trouver dans les lieux de son enfance une nouvelle sérénité, loin des noirceurs du passé. A la suite d’une double rencontre, celle des frère et soeur, Rachel et David, Samuel ouvrira des portes trop longtemps restées closes. Mais c’était sans compter qu’ici, à Melvile, certains démons, certaines légendes prennent chair et corps bien plus facilement qu’ailleurs…

Pour marquer le dernier jour officiel du Mois belge 2021, une fois n’est pas coutume, je vous présente une BD. Pendant les vacances de Pâques, je suis allée au Centre belge de la BD où une nouvelle expo temporaire venait de démarrer : United Comics of Belgium, où neuf commissaires, dessinateurs bien installés dans le paysage belge, présentent les nouveaux talents de la bande dessinée en Belgique. Parmi eux, j’ai été subjuguée par les planches en noir et blanc exposées par Romain Renard, artiste polymorphe et auteur de deux tomes (un troisième va normalement paraître en septembre) consacrés à Melvile.

Melvile est un lieu non situé explicitement mais on peut se croire en Amérique, aux USA ou au Canada, dans une région de forêts. C’est là que s’est réfugié Samuel Beauclair, en panne d’inspiration après avoir publié un premier roman. Il est un peu aux abois, « harcelé » par son éditeur, des créanciers et même sa femme. Pour arrondir ses fins de mois, il répond à une petite annonce et se met à faire des travaux de peinture chez Rachel et David, un frère et une soeur avec qui il lie rapidement amitié (et plus). Mais en réalité, la forêt de Melvile est peuplée de légendes et de fantômes, notamment celui du père de Samuel, personnalité écrasante, lui aussi écrivain.

Je ne vous en dis pas plus. Sachez simplement que le dessin, les couleurs et la mise en page de Romain Renard sont (à mon goût) sublimes : des tons de terre, de bois, des sépias, des bleu nuit profonds, pour accompagner notamment la dépression de Samuel, mais avec toujours une source lumineuse qui laisse une ouverture. Les ambiances sont à la fois sombres et profondes, avec cette ouverture de lumière malgré tout, le découpage est tantôt classique, tantôt déployé sur la page, tantôt resserré en longues bandes rectangulaires superposées. Je m’attendais à des planches en noir et blanc, comme celles du projet en cours (le troisième tome) dans l’expo, mais je ne suis pas déçue par cette version couleur. Et si vous avez l’occasion de passer au Musée de la BD, profitez de ce noir et blanc d’une intensité somptueuse. (Il y a aussi jusqu’au 30 mai une tout aussi belle expo sur Juanjo Guarnido, le créateur entre autres de Blacksad.)

Vous pouvez feuilleter quelques pages de ce premier tome de Melvile sur la page du livre chez l’éditeur.

Romain RENARD, Melvile L’histoire de Samuel Beauclair, Le Lombard, 2013

Le Mois belge 2021 – catégorie A suivre

Petit Bac 2021 – Prénom