Étiquettes

, , ,

Présentation de l’éditeur :

Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter.
Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés.
La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…

J’ai déjà lu – il y a un an – le deuxième tome des aventures de la jeune stagiaire de police Trudy Loveday et du coroner Clement Ryder. Un prêt m’a permis de tout savoir de leur première enquête, en réalité une réouverture d’enquête par le coroner, qui a besoin d’un policier pour mener les interrogatoires nécessaires. Il s’agissait d’une mort suspecte, celle d’une jeune fille par overdose de médicaments et l’enquête initiale avait conclu à une mort accidentelle. Or, cinq ans plus tard, un corbeau harcèle un noble d’Oxford et l’ancien petit ami de Gisela, la jeune morte, est assassiné. La présence de la mère de Gisela à l’enquête préliminaire titille le coroner qui va donc rouvrir l’enquête sur la mort de Gisela. Le lecteur se doute bien que les deux affaires sont liées mais le tout sera de savoir comment (et j’avoue que la fin est pas mal tournée).

C’était sympa de découvrir la mise en place des personnages, du tandem que l’on retrouvera tout au long de cette série : Trudy Loveday, à la fois pleine de fraîcheur et d’ambition, intelligente, bien décidée à se faire une place dans ce monde d’hommes et Clement Ryder, médecin obligé de mettre fin à sa carrière à cause de sa santé (j’étais un peu surprise que tout soit déjà révélé dès le premier tome, mais ça évolue un peu dans la suite) mais bien décidé lui aussi à ne pas s’encroûter dans la maladie. Les personnages secondaires sont bien croqués. C’est bien sûr un cosy mystery mais les crimes n’en sont pas moins odieux, j’apprécie ce réalisme apporté par ls personnages et les intrigues. Un troisième tome est sorti, je prendrai plaisir à le lire lui aussi !

« A soixante et un an, c’était un homme corpulent, en bonne voie de devenir chauve, avec des yeux bleus qui évoquaient vaguement des myrtilles bouillies. Son gros nez n’arrangeait pas l’ensemble, et ses joues couperosées informaient Trudy qu’il était probablement porté sur la boisson. »

« C’était le moment de montrer qu’elle n’était pas seulement ambitieuse mais aussi intelligente, et elle était décidée à ne pas laisser passer sa chance. Même si ses yeux étaient aussi secs qu’une ligue antialcoolique, elle se concentra donc sur le dossier. »

Faith MARTIN, Le corbeau d’Oxford Une enquête de Loveday & Ryder, traduit de l’anglais par Alexandra Herzcovici-Schiller, Harper & Collins Noir, 2019

Dernière participation au Mois anglais 2021

Petit Bac 2021 – Animal 3