Je ne pensais pas participer au rendez-vous BD et c’est d’ailleurs complètement par hasard que je le rallie. En effet, ne sachant pas exactement où classer Les enfants de la Résistance, j’ai décidé de feuilleter le premier tome pour me faire une idée. J’ai lu les premières pages… et j’ai fini par me laisser entraîner jusqu’à la fin du deuxième tome !

Les enfants de la Résistance s’adresse à un public jeune et l’invite à découvrir les dessous de la résistance à travers le parcours de trois enfants : François, Eusèbe et Lisa. François est le narrateur de l’histoire : les auteurs présentent leur bande dessinée comme l’adaptation du journal d’un enfant pendant la guerre.

François relate la guerre telle qu’il la vécue dans un petit village français occupé par les Allemands. Il a 13 ans et son insouciance s’envole bien vite quand il est confronté au pas des Allemands dans la rue, à l’arrivée d’une petite belge germanophone dont les parents ont disparus (en réalité, Lisa est allemande et ses parents ont été exécutés, car ils s’opposaient au régime nazi), à la mort au front de Martin, le jeune éclusier du village…

Ecœuré, révolté par ce qu’il observe et ce qu’il entend, François décide de résister à l’ennemi. Avec son ami, Eusèbe, il imprime des tracts et les distribue dans le village. Les deux enfants provoquent également un sabotage pour enrayer les projets de l’occupant.

Progressivement, les enfants découvrent qu’ils ne sont pas les seuls à mener des actions de résistance et ils s’interrogent sur la manière de relier ces personnes afin de créer un véritable réseau structuré et efficace.

J’ai vraiment apprécié ces deux BD, dont j’ai trouvé le point de vue original et très intéressant. Chaque tome est agrémenté d’un dossier « pour en savoir plus ». Le premier aborde les témoignages d’enfants sur la guerre, la situation de la France au moment de l’armistice, l’exode des populations civiles (il n’est pas inutile de rappeler aux jeunes que leurs propres grands-parents ou arrière-grands-parents ont eux aussi été des réfugiés) et les débuts de la Résistance en 1940. Le deuxième développe la question de la Résistance : comment des individus isolés ont-ils pu se réunir pour créer des réseaux de résistants et comment ces réseaux se sont-ils développés ? D’autres sujets sont évoqués également : la question de prisonniers de guerres et celle peu souvent évoquée des prisonniers coloniaux ; la politique raciale des nazis (avec un rappel de ce qu’est le racisme, intéressant à rappeler aussi en nos temps troublés) ; enfin, sont abordées les différents pactes et alliances entre pays durant cette guerre mondiale.

Les enfants de la Résistance, Tome 1 Premières actions – Tome 2 Premières répressions, Benoît Ers et Vincent Dugomier, Le Lombard

Rendez-vous BD de ce Mois belge

Mois belge Logo Folon sculpture

Publicités