Mots-clefs

, , , ,

Présentation de l’éditeur :

Le garde commença à parler de bois à brûler. Je hochais la tête sans arrêt, comme si j’avais abattu des forêts entières avant de le rencontrer.

— Il te faudra sans doute sept cordes de bois, m’expliqua-t-il. Fais attention à ça. Tu dois t’en constituer toute une réserve avant que

la neige n’immobilise ton camion. Je ne voulais pas poser cette question, mais comme cela semblait important, je me lançai :

— Heu… C’est quoi, une corde de bois ?

Ainsi débute le long hiver que Pete Fromm s’apprête à vivre seul au cœur des montagnes Rocheuses, et dont il nous livre ici un témoignage drôle et sincère, véritable hymne aux grands espaces sauvages.

Indian Creek est un captivant récit d’aventures et d’apprentissage, un Walden des temps modernes. Ce classique contemporain a établi Pete Fromm comme une des grandes voix de l’Ouest américain.

Cette réédition anniversaire est illustrée avec les photos originales de Pete Fromm prises à Indian Creek durant ce fameux hiver.

Tout jeune homme, Pete Fromm n’est guère attiré par les études, il aime plutôt rêver, « traînasser » selon son père. Quand il découvre le cursus de biologie animale, à l’université de Missoula, Montana, il croit avoir trouvé le bon plan pour traînasser à son aise. Un copain étudiant lui donne le goût des récits de trappeurs et autres aventuriers du Grand Ouest et voilà qu’au bout de quelques mois, lui est donnée l’occasion de passer de la théorie à la pratique : passer sept mois d’hiver à surveiller un bassin de jeunes saumons dans l’Idaho, au coeur des Montagnes Rocheuses. Pete accepte sans réfléchir et part avec une montagne de provisions et de matériel rassemblés à l’instinct et en compagnie d’un chiot mi-berger mi-huski, qu’il surnommera Boone.

Notre trappeur en herbe prendra très vite conscience de la folie de son expédition : sa naïveté, son inexpérience ne l’ont pas vraiment fait appréhender la solitude, le silence, le froid auxquels il va faire face pendant sept longs mois. Il doit aussi apprendre à chasser pour se procurer de la viande. Le récit est ainsi truffé d’anecdotes, de descriptions précises, de cet hiver qui va changer à jamais la vie du jeune homme. De retour à la « civilisation », il a du mal à se frotter à la vie en société, il occupera de nombreux emplois liés à la nature avant de finir son cursus universitaire en suivant notamment un cours d’écriture qui lui permet de raconter ses aventures en Idaho et de révéler sa vocation d’écrivain.

Des années plus tard, Pete Fromm raconte cet hiver dans les Rocheuses : c’est passionnant de bout en bout, parce que l’auteur n’enjolive rien, ni de ses motivations, ni de ses « erreurs » et maladresses dans cette nature sauvage, ni de cette solitude profonde qu’il occupe de mille manières et qu’il finit par goûter avec Boone à ses côtés. Paysages, animaux sauvages, vrais chasseurs ou étrangers à Indian Creek, rien n’échappe à l’observation de Pete Fromm. Il en ressort un récit authentique, parfois plein d’humour, parfois très touchant.

Je n’ai pu m’empêcher de quitter Indian Creek la gorge serrée (moi qui ne tiendrais pas trois heures dans une nature aussi hostile) et j’ai bien envie de découvrir les nouvelles de l’auteur. Ca tombe bien, Gallmeister en a publié deux recueils !

« Le soir, pourtant, une fois le courrier relu si souvent que le charme en était rompu, l’excitation retomba et je sentis combien tous ces gens me manquaient. La soirée fut mélancolique. Mais déjà, après deux mois passés ici, ce sentiment s’était atténué et la solitude désespérée du début, cette solitude qui e prenait à la gorge, s’était muée en une émotion lancinante que je savourais presque. » (p. 84)

« Pendant tout ce temps passé à regretter ce que je manquais dans l’autre monde, jamais je ne m’étais rendu compte de ce que je manquerais en quittant Indian Creek.

Je me relevai et me glissai dans mes mocassins. J’étais presque heureux de n’avoir pu partir. Il me restait toute une vie à vivre dans la civilisation, mais à peine quelques mois à vivre ici. » (p. 194)

« (L’aigle) s’avançait dans ma direction, les ailes collées au corps comme celles d’un faucon, poussant des cris à l’approche du sol, sa tête et sa queue blanches et brillantes dans la lumière du soleil.

Je cherchai du regard ce sur quoi il était en train de fondre, sans rien trouver. Alors qu’il semblait près de s’écraser sur les arbres il ouvrit les ailes et remonta en hurlant, emporté à toute vitesse par son élan. Comme il commençait à prendre de la hauteur, il ralentit et plaqua de nouveau ses ailes contre son corps. Puis il s’arrêta complètement et resta immobile un instant avant de retomber en arrière et de plonger à nouveau, reprenant de la vitesse puis remontant vers le ciel, manquant de peu le sommet des arbres. Je le regardai monter et descendre encore et encore jusqu’au moment où, ayant trouvé un courant ascendant, il remonta se perdre dans l’immensité du ciel. Je poussai un grand cri d’enthousiasme, incapable de rester immobile après un tel spectacle. Cet aigle était à l’image de mes sentiments. » (p. 237)

Pete FROMM, Indian Creek, traduit de l’américain par Denis Lagae-Devoldère, Gallmeister, 2016 (première édition en 2006) (existe aussi dans la collection Totem)

Plein d’avis sur la page Babelio du livre

Pete Fromm est un des invités du Festival America, je suis ravie d’inaugurer ce Mois américain avec lui. Enfin, j’ai lu « un Gallmeister en septembre » ! Et j’ajoute l’Idaho à ma balade dans les 50 états.

50 états, 50 billets      Mois américain

 Festival America 2016      Challenge Gallmeister

Publicités