Étiquettes

, , ,

Quatrième de couverture :

Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore… Élève modèle, ses parents ont placé en elle tous leurs espoirs. Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus. Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac. Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés.
Des secrets si longtemps enfouis qu’au fil du temps ils ont imperceptiblement éloigné ses membres, creusant des failles qui ne pourront sans doute jamais être comblées. Bien sûr, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit distille un suspense d’une rare efficacité. Mais ce livre qu’on garde en soi très longtemps est bien plus que cela. Celeste Ng aborde la violence de la dynamique familiale, les difficultés de communication, le malaise adolescent, avec une intensité exceptionnelle qui évoque l’univers de Laura Kasischke.

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit… tout ce que les parents de James et de Marilyn ne se sont jamais dit, tout ce que James et Marilyn ne se sont jamais dit, tout ce qu’ils n’ont jamais dit à Natha, Lydia et Hannah, tout ce que tant d’autres comme Jack n’ont jamais dit…

Tout ce qui fait que James veut à tout prix se fondre dans la masse et Marilyn sortir du lot, lui être un Américain tout ce qu’il y a d’ordinaire, elle être une femme des années 50-60 remarquable et remarquée (et surtout pas un clone de Betty Crocker)… tout ce qui fait que Nathan et Hannah n’ont jamais vraiment eu droit à la parole… et la parole de Lydia, a-t-elle été réellement entendue ??

Toute une époque, tout un contexte où on ne se parlait pas, où on mordait sur sa chique (ou pas) pour traverser les turbulences de l’existence…

Tous ces non-dits, le poids que les parents (et même les grands-parents font porter à leurs enfants… et un puzzle qui se met en place comme une mécanique à la fois implacable et surprenante…

Je ne vous l’ai peut-être pas encore dit, mais ce premier roman laissera en moi une empreinte durable.

Céleste NG, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Fabrice Pointeau, Sonatine, 2016

Publicités