Étiquettes

, , ,

Quatrième de couverture :

Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire…

Qui est donc ce criminel aux multiples visages, que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ? C’est l’aventure de cette longue chasse à l’homme qui nous est contée dans ce puissant roman d’exploration. C’est aussi un dialogue hors du commun, presque hors du monde, entre le soldat épuisé et la proie mystérieuse qu’il poursuit. Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée. La chasse prend une dimension exaltante, tandis qu’à l’horizon émerge l’archipel des Chantars : là où une « autre vie » devient possible, dans la fragile éternité de l’amour.

L’archipel d’une autre vie, c’est un roman de nature, une longue expédition dans la taïga, aux confins de la Sibérie. D’abord à la poursuite d’un prisonnier évadé, ensuite à la poursuite de… soi ?

L’archipel d’une autre vie, c’est un roman d’initiation, sans doute, celle de Pavel Gartsev.

L’archipel d’une autre vie, c’est un concentré du meilleur et du pire de ce qu’a pu produire l’ère soviétique chez ses habitants : des fous, des fanatiques, des bons vivants, des hommes ordinaires forcés de choisir un camp ou l’autre face au système. Bien sûr, il n’y a pas qu’en Union soviétique qu’on trouve ce genre de personnages. L’archipel d’une autre vie, c’est un roman sur l’humanité, assortie d’un petit grain de fantaisie, de démesure russe.

L’archipel d’une autre vie, c’est un roman d’amour immensément poétique.

L’archipel d’une autre vie, c’est un conte, un rêve, une quête, comme la chanson de Jacques Brel qui m’est venue spontanément en tête après avoir refermé le livre.

L’archipel d’une autre vie, c’est « juste la décantation suprême du silence et de la lumière. » (p. 236). Et rien que pour cela, même si ce roman est peut-être un trop beau kaléidoscope à la fin improbable, rien que pour la langue d’Andreï Makine, il vaut la peine d’être lu…

Andreï MAKINE, L’archipel d’une autre vie, Seuil, 2016

Publicités