Mots-clefs

, , ,

Quatrième de couverture :

Paul et Louise s’aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l’enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d’identité, se travestir. Désormais il sera… Suzanne. Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaître un destin hors norme. 

Inspiré de faits réels, Mauvais genre est l’étonnante histoire de Louise et de son mari travesti qui se sont aimés et déchirés dans le Pars des Années folles. 

Je ne sais trop quoi dire sur Mauvais genre de Chloé Cruchaudet.. Peut-être parce qu’on en a beaucoup parlé en son temps ?

J’ai beaucoup beaucoup aimé le dessin, ce noir fusain à la fois doux et plein de caractère, qui se durcit si la situation l’exige (par exemple les tranchées), ces touches de rouge qui soulignent une robe, un détail, une émotion, un mouvement.

Le scénario m’a un peu surprise (pas le travestissement de Paul en Suzanne mais le prétexte à raconter cette histoire, le procès qui entoure l’histoire). Il y a de l’amour, de la jalousie, de la différence dans cet album. J’ai été touchée par l’évocation des tranchées, brève mais tellement frappante avec ce soldat affolé par les combats. Même si on peut critiquer Paul pour son attitude, sa manière de déserter (on peut le comprendre aussi), il est frappant de voir combien cette première guerre mondiale a fait des ravages moraux, jusque dans l’inconscient des soldats…

Chloé CRUCHAUDET, Mauvais genre, Delcourt / Mirages, 2013

Publicités