Étiquettes

, , ,

Copie conforme

Ce matin 

ta peau est

la copie conforme

de mes projets

Ce poème est le premier du recueil de poèmes de Guillaume Siaudeau, poète au jour le jour sur son blog et auteur de trois romans (j’en ai lu deux : Tarte aux pommes et fin du monde et La dictature des ronces). Le recueil s’appelle Inauguration de l’ennui. Un titre paradoxal mais pas si étonnant que cela, après tout : si certaines choses n’ont pas droit de cité, pour Guillaume Siaudeau, elles ont toutes droit de poésie. Les petites et grandes choses du quotidien, les thèmes nobles comme l’amour (dans ce joli premier poème) et ceux pas toujours très jolis comme l’ennui, l’envie, l(imperfection, le désespoir parfois… Et comme tout a droit de poésie, on se prend à regarder autrement cs défauts du quotidien, à les regarder avec tendresse.

Ne pas désespérer

L’envie semble

s’être barrée

tellement loin et

si longtemps

Peut-être

qu’elle reviendra trilingue

Certains poèmes racontent de petites histoires épurées :

Après des années

La vieille bicoque est

toujours debout

Les mauvaises herbes 

ont repoussé

Les nouveaux locataires 

aiment le bois et

les charognes

Quelques souvenirs

sont accrochés

aux branches

L’un d’eux tombe

à point

Parfois au détour d’une page, une perle vous saute à la figure :

Floc

C’est la goutte 

de rosée

qui fait déborder 

le jour

Attention aux petites choses, goût du détail et sens de l’image, écriture épurée, minimaliste, tendresse au quotidien : autant de raisons pour picorer régulièrement ces petits poèmes délicieux.

Guillaume SIAUDEAU, Inauguration de l’ennui, Alma éditeur, 2018

Sur le site de l’éditeur, Guillaume Siaudeau parle de la poésie et ça donne envie !

« La poésie est partout. Elle ne se cache pas. Je pense qu’elle se cueille plutôt comme un fruit. Elle ne connaît ni rareté, ni pénurie. Elle est accessible à tous, il n’y a qu’à se servir. Vous seriez étonnés de voir jusqu’où on peut la trouver. Jusque dans quels recoins paumés. Elle ne se cache pas, mais ne s’expose pas non plus. Il suffit d’ouvrir l’oeil, mais le bon. Chacun de nous est poète. Qu’il le veuille ou non. Certains poètes écrivent, d’autres chantent, d’autres encore bricolent des bagnoles ou font du canevas. Contrairement aux idées reçues, la poésie ne s’apprend pas à l’école. Elle n’est pas forcément en rimes, et écrite par des vieux Monsieurs avec des barbes blanches (même si ça peut arriver). Elle ne s’écrit pas forcément à la plume d’oie. J’ai lu des poèmes majeurs écrits au couteau sur des troncs d’arbre.
Elle reste tellement mal connue qu’il est plus facile de dire ce qu’elle n’est pas. Tout ça n’engage que moi, bien sûr. Elle n’est pas où on l’attend. Elle n’en fait pas des caisses. Elle ne se maquille pas. Elle n’a pas la peau lisse. Elle ne préfère pas forcément y aller à pied plutôt qu’en voiture. Elle ne se rend pas. Elle ne mord pas toujours. Parfois. Elle ne pique pas toujours. Parfois. Faites attention quand même. »

L’avis d’Aifelle

Publicités