Quatrième de couverture :

Annaëlle d’Ansieu n’est pas une fille comme les autres. Elle a la hantise des angles droits, prend les ombres en photo, boit des cocktails douteux et mange le cœur des pâquerettes. Rien de bien méchant. Mais ses parents préfèrent tout de même qu’elle aille consulter.

Le docteur Ishter est jeune, a les yeux bleu intense et de très jolies mains. Rien de bien méchant non plus. C’est pourtant là que ça devient dangereux. Car Annaëlle, quand elle est amoureuse, a vraiment une imagination débridée.

Dans ses petits papiers est une apologie du fantasme et de la créativité. De l’insanité, aussi. Car faut-il vraiment que tout ait un sens ? Et si toutes ces choses réputées inutiles, voire dangereuses, avaient quand même un intérêt ? Si on avait le droit de rêver, de perdre son temps, de se raconter des histoires ?

Et si Annaëlle d’Ansieu n’était, au fond, qu’une fille comme les autres ?

Je n’oserais pas en dire beaucoup plus sur ce court roman d’Aurelia Jane Lee, le premier de cette auteure d’ailleurs, alors âgée de 22 ans seulement. J’avais lu ce roman à sa sortie en 2006. A cette époque, j’étais une grande adepte des éditions Luce Wilquin et l’auteure étant de ma génération, ça m’interpellait. J’avais un bon souvenir de ce roman : il m’en restait quelques mots-clés. Si j’avais dû les écrire sur des post-it avant de commencer ma lecture, j’aurais inscrit : fantasme, salade de fruits, folie, double…

Je ne sais pas quelles couleurs Annaëlle d’Ansieu donnerait à ces mots, mais j’espère qu’ils formeraient un bel arc-en-ciel. Un peu comme ce roman d’Aurelia Jane Lee. Un phénomène rare, mais réjouissant. Fascinant et pourtant si simple en apparence. Entre pluie et soleil. On ne sait jamais quand ni où il surgira… mais à la différence d’Annaëlle, on le redoute rarement !

Une relecture heureuse, donc. J’y ai retrouvé la fraîcheur, la créativité et la (fausse) légèreté qui m’avaient charmée à l’époque. Et ça me donnerait bien envie de découvrir ce qu’Aurelia Jane Lee a écrit depuis que je l’ai délaissée pour d’autres littératures.

Aurelia Jane LEE, Dans ses petits papiers, Editions Luce Wilquin, 2006

Mois belge Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Publicités