Mots-clefs

, , , ,

Dans la série des héros tragiques du grand Will, voici aujourd’hui Hamlet dont Franz Liszt a vu une représentation à Weimar en 1856. L’interprétation de l’acteur principal Bogumil Dawilson frappe le compositeur qui en tire ce poème symphonique n° 10.

D’après Wikipedia : « Il voit en Hamlet, à la différence de Gœthe, un « prince intelligent, entreprenant, à hautes visées politiques, quiattend le moment propice pour accomplir sa vengeance », et la folie d’Ophélie semble pouvoir s’expliquer par le fait que l’être aimé, Hamlet, lui est infiniment supérieur « c’est elle qui est écrasée sous sa mission par son impuissance d’aimer Hamlet comme il lui faut être aimé, et sa folie n’est que le decrescendo d’un sentiment dont l’inconsistance ne lui permet pas de se maintenir dans la région de Hamlet ». Deux ans plus tard, Liszt compose à Weimar ce dixième poème symphonique qui présente la caractéristique de résumer en quelque neuf à dix minutes la pièce de Shakespeare. »

En voici une version avec le  London Philharmonic Orchestra dirigé par Barnard Haitink.

Logo Mois anglais Hamlet

Publicités