Étiquettes

, , , ,

9782226317322-j

Quatrième de couverture :

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.
 
Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui. Une quinqua qui n’a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupule, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire !

Si vous aimez les bonnes histoires à l’anglaise, l’humour anglais, les enquêtes cosy, si vous avez envie de passer un bon moment sans prise de tête et sans trp de thé (par contre, les amateurs de caféine et de gin tonic seront servis), n’hésitez pas à découvrir Agatha Raisin, la workwoman londonienne reconvertie en villageoise qui vient d’acquérir le cottage de ses rêves dans les Cotswolds, à Carsely. Comme ce n’est pas du tout une femme d’intérieur, le récit de sa vie quotidienne ne manque pas de… nombreux emballages de plats surgelés et d’éléments de déco conventionnels dont heureusement, Agatha parviendra à se débarrasser. Elle préfère découvrir cette campagne riante dont elle arpentera les ruelles et collines en voiture, à pied et à vélo, dans de courageuses et souvent vaines tentatives de s’intégrer, de combattre une solitude envahissante. Eh oui, ce n’est pas toujours rose, la vie dans un cottage anglais de carte postale.

Et voilà que la tentative du concours de quiche s’avère désastreuse à tous points de vue, puisque le juge meurt empoisonné par la quiche d’Agatha. Qui saisit l’occasion pour connaître encore mieux les habitants de Carsely en posant toutes sortes de questions, car elle est persuadée que c’est un meurtre, même si la police classe l’affaire en regrettable accident. Elle n’a pas froid aux yeux, Agatha (sans doute nommée ainsi par sa créatrice en référence à Agatha Christie ?) mais son enquête pleine de rebondissements lui réservera des surprises en tous genres (la charmante et ensorcelante femme du pasteur, personnage incontournable d’un village anglais), des (gros) ennuis et… peut-être bien des amis au final ! (Et des robes à fleurs.)

Ce que j’ai adoré dans ce premier tome des enquêtes d’Agatha Raisin, c’est non seulement cette ambiance pittoresque mais aussi le personnage d’Agatha qui évolue et devient plus sympathique au fur et à mesure de ses aventures, les liens qu’elle réussit à créer (on sent que Bill Wong va intervenir longtemps encore dans la série et c’est tant mieux) mais surtout l’humour qui m’a déjà fait sourire voire pouffer de rire (une certaine histoire de culotte rose en pleine campagne, entre autres). Et il paraît que ça s’améliore avec les tomes suivants, ça ne peut que me plaire !

M.C. BEATON, Agatha Raisin enquête – La quiche fatale, traduit de l’anglais par Esther Menévis, Albin Michel, 2016

Un tout grand merci à Aurore et aux éditions Albin Michel pour l’envoi de ce livre. Je parlerai un peu plus tard du deuxième tome (parce que je n’aime pas enchaîner deux livres du même auteur) et j’espère que les suivants seront très vite traduits ! Et les couvertures me donnent le sourire aussi !

Nous sommes plusieurs à l’avoir choisi pour le thème du jour, « Campagne anglaise ». Les billets du jour sont à découvrir ici, sur la page Facebook du Mois anglais.

Logo Mois anglais 2014-2  Challenge British Mysteries 2

Advertisements