Étiquettes

, , ,

Voici un lieu où se repose l’âme,

Un lieu où doucement la houle avance

Vers le rivage. Pourquoi se hâter

Quand l’éternité chante sa berceuse

Dans le parler des elfes, quand le temps

Du joug si lourd libère les épaules,

Quand tout se meut au rythme de la danse

Sous le feuillage saupoudré d’argent.

C’est printemps et automne en un soupir ;

Un pré blafard dort entre les montagnes,

Avril se mêle au calme de septembre,

Bourgeons et feuilles mortes vont de pair.

Un air plaintif résonne sourdement,

Un deuil surgit des profondeurs des eaux ;

Mais les flambeaux des jours ensoleillés

Percent de leur éclat l’obscurité.

Olav NYGARD, extrait de Dikt i samling, traduit du norvégien par Terje Sinding

Poème découvert dans le roman de Tomas Espedal Marcher (ou l’art de mener une vie déréglée et poétique).

Harald Sohlberg (1869-1935), La cabane du pêcheur, 1921